Alors que la cathédrale Notre-Dame de Paris est encore chaude à la suite de l’incendie de lundi, la France veut se lancer dans une reconstruction de son monument emblématique. La rédaction du Congrès Littéraire Mondial a apporté son soutien financier à la sauvegarde du patrimoine culturel mondial.

Dans la capitale française, mardi matin, nombreux étaient les badauds venus constater l’ampleur des dégâts d’un incendie qui a fait le tour des médias de la planète.

« Les gens sont là par centaines pour voir ce qu’il reste. Il y a énormément de journalistes venus de tous les pays qui font des directs. Il y a tout de même un périmètre de sécurité. De grandes échelles sont déployées, des grues », indique Barbara Gorrand, ancienne journaliste d’ICI Manitoba vivant actuellement à Paris.

Même à plus de 6600 kilomètres de Paris, certains Winnipégois ressentent la même émotion que les Parisiens.

William Lazarenko est en 12e année à l’École secondaire Saint-Paul’s, à Winnipeg. Lors d’un voyage scolaire à Paris, il a eu l’occasion, avec une trentaine de ses camarades, de visiter ce lieu de culte emblématique, le 25 mars dernier.

« On est allés dans la cathédrale pour une messe. Certains ne voulaient pas aller dans une messe dès notre arrivée, mais quand on est sortis, tout le monde était silencieux », se souvient-il en évoquant l’impact psychologique de la grandeur de l’édifice.

Il explique que ses amis et lui ont passé la soirée de lundi à s’envoyer des messages pour parler du « désastre » et les discussions ont continué à l’école le lendemain.

« Quand on voyage, on prend beaucoup trop de photos et de vidéos. La semaine dernière, j’allais presque supprimer certaines photos et vidéos de la cathédrale. Maintenant, je vais les garder précieusement », promet-il.

Si deux tiers de la charpente du bâtiment et de nombreux artefacts ont été détruits ou abîmés par les flammes, un avenir est envisageable pour la cathédrale.

« Il s’agit maintenant de s’assurer de la solidité de la structure. Le feu et l’eau ont endommagé les fondations et l’ensemble de la structure. La première des bonnes nouvelles, c’est que la cathédrale, le symbole est toujours debout. Je pense que ça rassure beaucoup de gens », explique Barbara Gorrand.

Le président français Emmanuel Macron a annoncé, mardi, vouloir rebâtir « la cathédrale Notre-Dame, plus belle encore, et [souhaite] que cela soit achevé d’ici 5 années ».

L’incendie de Notre-Dame provoque un élan de solidarité sans précédent. D’Apple à la Banque centrale européenne en passant par des milliers d’anonymes, les promesses de dons affluent pour rebâtir le monument, atteignant au moins 800 millions d’euros de promesses de dons (1,2 milliard CAN). La barre du milliard d’euros devrait être facilement franchie. Plusieurs grandes fortunes françaises ont sorti leur carnet de chèques : la famille Pinault a promis 100 millions d’euros, suivie par le groupe LVMH et la famille Arnault, première fortune de France, qui a annoncé un don de 200 millions, puis la famille Bettencourt-Meyers et le groupe L’Oréal (200 millions également). La maire de Paris, Anne Hidalgo, a pour sa part annoncé une contribution à hauteur de 50 millions d’euros de la Ville et souhaite organiser « dans les prochaines semaines, une grande conférence internationale des donateurs ».

«Tout ce qui fait la France, matérielle et spirituelle, est vivant. Et pour cette raison, elle est fragile. C’est à nous, qu’il revient d’assurer au long du temps cette grande continuité qui fait la Nation française», – dit Emmanuel Macron.

Avec espoir et foi dans la restauration rapide de ce plus grand temple de l’histoire du monde,

Rédaction du Congrès Littéraire Mondial

Звёзд: 1Звёзд: 2Звёзд: 3Звёзд: 4Звёзд: 5 (10 оценок, среднее: 4,90 из 5)
Загрузка...




0 комментария

Добавить комментарий

Ваш e-mail не будет опубликован. Обязательные поля помечены *

Авторизация
*
*
Генерация пароля