Morgan Hounton
Les jours passent et le printemps arrive pas à pas,
Se rallongent, la végétation reprend ses droits,
Et le froid délaisse place aux rayons de soleil,
Tel un poupon délicatement se réveille.

Temps moindre pour sortir de la torpeur de l’hiver,
À son réveil la boue se change sans hâte en prairie,
Les fleurs libèrent déjà leurs périanthe tout frais,
Leur corset ne craint le vent et ses aigries.

Les arbres bourgeonnement, les fleurs bariolent la nature,
Les animaux sont amoureux et le soleil,
Illumine nos jours, bas ou haut la fête pure,
Tout rayonne, tout luit, tout aime, tout danse sans écueil.

De partout des différents chants et même des cris,
Retour des oiseaux émigrés qui chantent à tout prix,
Période de joies dédiée à nos jours peinés,
Dans l’étoffe noire parfois un jour de bonheur luit,
Comme le printemps de Prague de 1968 cris, gaieté,
Saison de libération, sortir des mépris.

Partout l’amour devient presque la loi du monde,
Les amants se laissent aller, l’entraide s’abonne,
Voici venue la saison des amours et des tendresses,
Pétries d’agrément et de sensuelles caresses.
Morgan Hounton

Звёзд: 1Звёзд: 2Звёзд: 3Звёзд: 4Звёзд: 5 (14 оценок, среднее: 4,50 из 5)
Загрузка...

3 комментария

Adergine · 11.04.2019 в 1:03 пп

C’est joli ++++ Merci beaucoup

littercon · 11.04.2019 в 1:09 пп

Vos poèmes sont géniaux! Nous vous invitons à devenir l’auteur de notre magazine.
Je vous souhaite une agréable journée!
Avec nos sincères salutations

Владимир · 11.04.2019 в 7:17 пп

Tres beau! Merci!

Добавить комментарий

Ваш e-mail не будет опубликован. Обязательные поля помечены *

Авторизация
*
*
Генерация пароля