Cher(e)s ami(e)s,

Aujourd’hui, le 17 mars 2019, notre magazine Congrès Littéraire Mondial vous invite à un lieu préféré des parisiens pour la promenade, un bijou d’architecture et de romantisme, un espace vert qui jouit d’un emplacement extraordinaire couplé à une histoire vieille de plusieurs siècles – Jardin de Luxembourg !

Le Jardin du Luxembourg est un magnifique jardin à la française mais également un musée de sculptures en plein air et un lieu pédagogique ou vous pourrez apprendre les secrets de l’arboriculture et de l’apiculture.

Appelé familièrement le «Luco», le jardin trouve l’origine de son nom dans l’hôtel du duc François de Luxembourg, dit Petit Luxembourg, bâti au XVIe siècle. D’abord loué, ce dernier est acheté, avec ses 8 hectares de terrain, par Marie de Médicis, veuve d’Henri IV et mère de Louis XIII, en 1612. Elle confie alors à Salomon de Brosse la construction d’un palais attenant inspiré des demeures florentines, qui est achevé en 1631.

Résidence princière, prison à la Révolution, «Chambre des Pairs» à partir 1814, préfecture de la Seine et enfin Sénat, le Palais du Luxembourg est l’objet de nombreux remaniements. Le jardin qui l’entoure prend exemple sur les jardins de Boboli à Florence. Le verger (1712), les serres (1796), l’Orangerie (1839) y ont pris place au fil des années. Depuis 1879, le Sénat en assure la gestion, la surveillance et la conservation.

De nombreux artistes et écrivains traversèrent les allées du jardin du Luxembourg et laissèrent de nombreuses anecdotes pour la postérité. Hemingway n’y chassait-il pas le pigeon, au temps où ses poches étaient vides, au début des années folles ? Balzac ne s’y promenait-il pas avec Madame de Berny ? Et Verlaine, Baudelaire, Victor Hugo, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir… Tant de génies pour qui le Jardin du Luxembourg servit souvent de cadre à leurs oeuvres.

Le Jardin du Luxembourg est très fréquenté et traversé par les touristes, mais reste, malgré tout, un jardin de quartier. Il est fréquenté par des générations successives de Parisiens, qui  profitent des courses de voiliers sur le bassin central, des promenades en poneys, des haltes-friandises dans les petites cahutes en bois vertes (il en subsiste sept) ou encore de nombreuses balançoires. Le charme du Jardin du Luxembourg est resté intact. Vous y croisez des promeneurs romantiques, qui se réfugient souvent au bord de la fontaine Médicis, des étudiants studieux assis sur les innombrables petites chaises vertes en fer vertes, des gens ordinaires, des familles, ou des mélomanes, qui profitent des concerts gratuits organisés chaque année aux beaux jours. C’est un jardin qui invite le temps à suspendre son vol.

Laissez-vous gagner par l’envie de flâner sous le couvert ombragé d’essences classiques (marronniers, platanes, tilleuls…) ou plus exotiques (paulownias, savonniers, ginkgos…). Arpentez les allées bordées au printemps de primevères, de pensées, de myosotis, de giroflées…Huit mois consécutifs qui ne se lassent pas de fleurir et de refleurir, mêlant selon les saisons géraniums, pétunias, calcéolaires, ageratum, dahlias ou sauges. Vous croiserez au détour d’une allée un Dalou, un Bourdelle, un Rodin ou un Zadkine parmi la centaine de sculptures que compte le jardin du Luxembourg.

Dans cet éden végétal, tous les désirs, ou presque peuvent être satisfaits. Que vous soyez amateurs de tennis (six courts), de jeux de boules (deux terrains), de jeux d’échecs (des parties se jouent sous un abri, entre la rue Guynemer et la rue de Vaugirard) ou d’apiculture, vous serez comblés. La société centrale d’Apiculture dispense en effet des cours dans le rucher-école, reconstruit en 1991, dont la tradition remonte à 1856. Chaque année, la récolte est vendue à l’Orangerie du jardin du Luxembourg (1839), au moment de la traditionnelle exposition d’automne. Les cours du jardin du Luxembourg vous donne par ailleurs la possibilité d’étudier les variétés d’arbres et d’arbustes fruitiers (un millier dont plus de six cent variétés de pommes et de poires) disséminés dans le verger, une tradition qui remonte, elle, à 1809.

Quant aux enfants, inutile de dire que c’est pour eux un véritable paradis ! Vous pourrez, parmi les nombreuses activités proposées par le jardin du Luxembourg, les laisser sans crainte dans un immense parc à jeux clos, entièrement rénové en 1992. Des visites guidées sont organisées le premier mercredi de chaque mois, d’avril à octobre inclus. Au mois de juin, ces visites ont lieu tous les mercredis. Rendez-vous place André- Honorat, devant la grille du jardin du Luxembroug. 

Comment y aller ?

Les Jardins du Luxembourg possèdent plusieurs entrées. Vous pouvez y accéder via le RER B (station Luxembourg), la ligne 12 du métro (station Notre-Dame-des-Champs) ou éventuellement la ligne 4 (station Odéon, moins proche du jardin).

Les horaires d’ouverture sont fonction des heures de lever et coucher du soleil, ils varient donc selon les saisons et sont affichés chaque jour à l’entrée des Jardins. Vous pouvez obtenir plus d’informations sur le site du Sénat.

Profitez de votre promenade printanière dans le magnifique jardin du Luxembourg!

Rédaction du magazine Congrès Littéraire Mondial



Реклама

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *